Révolution Permanente: France: Si les citoyens sont réduits à choisir entre la peste et le choléra, c’est que la fin est proche!

Les peuples comme les hommes ont un destin parfois guidé par une main invisible. Cette main tient à la fois le fouet du châtiment et la lumière qui montre le chemin pour sortir des ténèbres. Dans le cas de la France, il semble bien que le lampion de l’espoir s’est éteint et dans la vallée de l’ombre de la mort qui se dessine, un peuple vient d’entamer l’épreuve du fouet.

Décryptons ensemble.

En règle générale, chaque peuple a le dirigeant qu’il mérite. C’est une loi de la nature. C’est une punition ou une bénédiction divine selon le cas. Par exemple, dans le cas de la Côte d’Ivoire, notre cupidité légendaire, notre insouciance maladive, notre naïveté endémique, nos convoitises, nos jalousies, notre ivresse du pouvoir, ont eu, ensemble, le mérite de nous imposer un faussaire, un criminel, un escroc et un imposteur de la trempe de Victor Lustig, un homme d’une malhonnêteté hallucinante connu également sous le nom de « l’Homme qui a vendu la Tour Eiffel ». Divisés entre le Camp des voleurs en fête après l’accaparement du pouvoir d’Etat par les armes sous les Ordres de la France et, celui des gens qui sont tous si intelligents qu’ils savent TOUT au point que les choses les plus simples, ils les compliquent et en deviennent des martyrs, les Ivoiriens ont la douleur des effets secondaires de leurs bêtises dans le corps. Et ils en ont en dose adulte.

Mais, mieux que la Côte d’Ivoire, la France. Comme il s’agit de cette France qui retourne à l’âge de la peste, du charbon et de la misère, et nous insistons, cette France là, offre à la face du monde, un spectacle lamentable donné par un conglomérat d’hommes politiques qui résument à leurs seuls niveaux de bassesse morale, de manque de personnalité, de manque de vision nouvelle ainsi qu’à leur incapacité à inventer une France nouvelle, toute la déconfiture d’un peuple à l’agonie.

Oui, les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent. Le peuple français s’est toujours complu à vivre de richesses mal acquises. De la traite négrière à la colonisation en passant par les contrats extorqués aux Africains avec le fusil sur la tempe pour enfin s’installer royalement aujourd’hui dans le néocolonialisme avec des pantins aux ordres, installés à coup de bombes et de crimes contre l’humanité, le peuple français a toujours aidé à entretenir, bâtir et vivre de la rapine fournie par une France voyoue, malhonnête et sans scrupule.

Selon donc les lois de la nature, il n’y a que des voyous, des voleurs, des gens sans scrupules qui lui restent comme classe politique.

Et ce n’est pas tout. Regardez leurs programmes de société, ces programmes que les Français votent. Tous les grands chapitres parlent de retraite, de l’immigration, de l’islam, de la famille contre-nature notamment, de l’avortement, de l’éducation et de la santé. De vous à nous, avec quel programme de développement industriel, commercial, technologique ; avec quelles découvertes scientifiques ; avec quelles matières premières comptent-il gérer toutes ces poches de dépenses qui restent le cœur de la politique française ?

S’ils n’en parlent pas, s’ils ne parlent pas de programme de développement, de systèmes de production de richesses, de matière premières, c’est parce cette question est réglée par des moyens que le peuple sait mais qu’il se gênerait d’en connaitre le mode opératoire. Bien évidemment, un père voleur ne dit jamais à ses enfants comment il assassine d’autres pères de familles pour venir les nourrir avec le butin de vol. C’est une question d’éthique du métier de voleur.

Mais pendant combien de temps encore cette façon d’envisager l’avenir de la France et des enfants de France pourra continuer à prospérer en Afrique, le territoire à partir duquel la France nourrit les enfants de France ?

Sans changer d’orientation politique, ce qui induirait d’avoir la capacité d’inventer une France nouvelle débarrassée du vol à main armée comme système de développement économique, comment la France pourrait-elle se donner une classe politique autre que celle qu’elle a en ce moment, une classe politique remplie de gens dont le seul talent est leur capacité à organiser des pillages en masse et le maintien de l’Afrique dans les liens de la servitude coloniale ?

C’est donc cela, la France. Un pays dans lequel le peuple vote pour choisir entre deux voleurs le meilleur, entre deux criminels le plus sanguinaire, entre deux immoraux le plus immoral, entre deux menteurs le plus mythomane et, entre deux négrophobe ou arabophobe, le plus raciste.

La bonne nouvelle, c’est qu’en France, on ne vote plus. On choisit entre la peste et le choléra. Et c’est tant mieux ainsi. Car dans tous les cas, la descente aux enfers est inévitable.

A Très Bientôt.

Hassane Magued

La Révolution Permanente

Infodabidjan.net

More from us